projet d'aide aux jeunes talents Index du Forum
projet d'aide aux jeunes talents
Ce forum a pour but d'aider les jeunes talents à percer dans le monde littéraire.
 
projet d'aide aux jeunes talents Index du ForumFAQRechercherMembresGroupesProfilS’enregistrerConnexion

Mystery

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    projet d'aide aux jeunes talents Index du Forum -> projet d'aide aux jeunes talents -> Partie auteur -> Vos oeuvres -> Thriller, polar
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lila


Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2010
Messages: 26

MessagePosté le: Mer 22 Déc - 14:30 (2010)    Sujet du message: Mystery Répondre en citant

Mystery : Le détective Johanson contre K2, le voleur masqué   

   

   

   
Présentation   

   
Un étrange voleur sévit dans les rues de Boston mais, contrairement à ce que l'on pourrait croire, les habitants l'admirent. L'insaisissable gentleman échappe habillement aux tentatives de la justice pour l'attraper à l'aide de tours de magie grandioses. Jusqu'au jour où il fait la rencontre d'un détective pour le moins particulier...
   

   

   
Chapitre 1   
    
Charlestown, Boston, MA (Massachusetts), USA   
    
Dimanche 20 Juin 2010, 15h46.  
« Le fameux voleur K2 a encore frappé. Hier l’homme a dérobé une perle nommée Gold Lily sous le nez d’une centaine de gardes et policiers puis a disparu comme par magie. K2, aussi surnommé le  voleur masqué, est connu pour voler des objets de faible valeur mais chers au cœur du propriétaire en lui annonçant son acte auparavant. Le fait accompli il laisse un message réclamant de l’argent afin de récupérer l’objet. Combien notre bandit masqué va-t-il demander à Mr Davis pour qu’il puisse revoir son cher bijou ? Mystère… »

 


 
            Je suis plongée dans une grande réflexion, bouillonnant de cette rage de se savoir si près de la solution, seulement retenue par un minuscule détail qui m’échappe encore. Les petits détails sont les plus importants, c’est bien vrai. C’est alors que deux mains m’empoignent fermement de part et d’autre de mes épaules et me secouent frénétiquement, m’obligeant à ouvrir les yeux.
            Je me retrouve face au visage déterminé de ma petite sœur. Ses cheveux blond vénitien lui arrivent aux épaules et encadrent sa face ronde et enfantine. Elle me fixe curieusement de ses yeux couleur vert mousse, ses lèvres orangées contrastant avec sa peau blanche pincées en signe d’impatience. Dans ces moments, on lui donnerait facilement dix ans plutôt que seize.
            ― A quoi pensais-tu ? s’empresse-t-elle de me demander.
            ― Je sais, je répond simplement.
            ― Tu sais ?
            ― Oui, je sais.
            ― Tu m’expliques ?
            ― Pas le temps. Où est l’inspecteur ?
            ― Je suis ici détective, répond celui-ci en se dirigeant vers nous.
            ― Rassemblez les suspects tout de suite !
            ― Navré. Nous venons de les laisser partir.
            ― Eh bien rattrapez-les immédiatement ! m’enquis-je. Je viens de résoudre l’affaire. 
            Ce sentiment de satisfaction à chaque résolution d’une énigme m’emplit entièrement et étale sur ma figure le même sourire qu’aurait un fou ayant accompli ce que sa voix intérieure lui sifflait tout bas de faire. Ma sœur me regarde avec émerveillement alors que le commissaire se met à courir et à crier à ses hommes de rattraper les suspects. C’est assez comique à voir.
            L’inspecteur est un homme à la trentaine, plutôt corpulent, célibataire désespéré et toujours vêtu de son long manteau noir assorti à son chapeau.
            ― Tu as vu, il t’obéit comme un petit chien, se moque ma sœur.
            ― Arrête Maya. Ce n’est pas gentil.
            ― Mais je t’assure qu’il ferait tout pour toi.
            ― Quelle chance…
            ― Arrête Sherlock, rit-elle. Ce n’est pas gentil. 
            Sherlock est le surnom que Maya m’a donné car mon véritable prénom est un secret et mon prénom officiel ne me convient pas vraiment. De plus, j’aime rester la plus inconnue possible. Mon métier n’est pas des moins dangereux.
            J’expose ma théorie dans une autre pièce, cachée de toute l’assemblée. Je peux les voir mais pas eux. Je tiens en effet à garder mon identité de détective secrète. C’est pour cela que je n’utilise pas non plus ma vraie voix. Une fois les preuves dévoilées, le coupable passe aux aveux. Les policiers l’embarquent ensuite et l’inspecteur s’approche de moi.
            ― Beau travail Johanson. Vous m’épaterez toujours.
            ― Merci inspecteur.
            ― Je vous invite à prendre un café ?
            ― Non merci. Je dois veiller sur cette jeune fille.
            ― Ça va, je sais m’occuper de moi toute seule, s’indigne Maya. J’ai 16 ans !
            ― Au revoir inspecteur. 
            Je me dépêche d’entraîner Maya à ma suite après avoir vérifiée qu’aucun journaliste ne traîne dans les alentours et démarre la voiture à toute vitesse. Maya, elle, est encore morte de rire.
            ― Ce n’est pas marrant !
            ― Je vous invite à prendre un café ? imite-t-elle. 
            Je finis par rire à mon tour. Qu’est-ce que je ferais sans ma petite Maya ?
 
21h59.
            ― Sherlock ! On parle encore de toi à la télé ! se réjouit ma petite sœur.
            A l’entente de mon surnom, je lève le nez de mon travail pour regarder l’écran où un présentateur prend la parole.
            ― Lui, annonçais-je, il a perdu sa femme.
            ― Comment tu peux savoir ça ? s’étonne-t-elle.
            ― Le bouton manquant de sa veste ne serait pas manquant s’il avait une femme et son apparence ne serait pas aussi négligée mais il a toujours sa bague de mariage qu’il n’arrête pas de toucher. J’en déduis que sa femme est morte et qu’il n’a pas le courage de passer à autre chose.
            ― Et si tu l’écoutais plutôt que de t’introduire dans sa vie privée ?
« Une nouvelle intrigue résolue pour le détective Johanson ! Cet énigmatique limier résout énigmes et stratagèmes avec brio. Il en est actuellement à sa vingt-neuvième affaire. Aucun meurtrier ne peut arrêter sa logique incomparable. Il dévoile toutes les manigances au grand jour mais une chose demeure secrète. Son identité. Il reste interdit sur ce sujet. "Mon prénom est un mystère et il le restera" a-t-il répondu à un de nos messages. Notre mystérieux personnage n’a pas froid aux yeux. Est-ce la fin du crime ? »
            ― Tu as vraiment dit ça ? me questionne ma sœur.
            ― Quoi ? C’est la vérité, c’est un mystère.
            ― Pathétique.
            ― Eh oh ! Je te signale que sans moi il y aurait encore plusieurs crimes impunis.
            ― Oui mais c’est l’inspecteur qui prend toute les félicitations. Tu as résolu bien plus que 29 affaires !
            ― Mmh, oui.
            ― Et tu restes impassible ?!
            ― Maya, les mérites ne sont pas importants. Ils sont même dangereux. Plus une personne est connue, plus elle a d’ennemis. Je ne veux pas avoir des hordes de personnes qui essaient de découvrir mon identité.
            ― Ouais…
            Elle se retourne face à la télévision en silence. Je me replonge dans quelques dossiers quand elle s’adresse de nouveau à moi.
            ― Sherlock, t’as vu ?
            ― Quoi ?
            ― Le  voleur masqué a volé une perle alors qu’elle était surveillée par plusieurs gardes et policiers ! s’exclame Maya.
            ― Le  voleur masqué ?
            ― Quoi ?! s’indigne-t-elle. Ne me dis pas que tu ne connais pas K2, le  voleur masqué !
            ― Euh…
            ― C’est le plus grand voleur du siècle ! exagère-t-elle. Il dérobe un objet et disparaît aussi mystérieusement qu’il est apparu. Personne n’a jamais réussi à l’attraper car il ne s’attaque qu’à des petits citoyens.
            ― Voyons Maya, la magie ça n’existe pas.
            ― Alors comment expliques-tu qu’après avoir pris la perle il ait disparu sous un nuage de fumée ?
            ― Il a dut jeter un fumigène et en profiter pour se faufiler dans la foule.
            ― Mr Davis avait fait contrôler chaque sortie.
            ― Chaque magicien a ses trucs et astuces. La magie n’existe pas.
            ― Ce que tu es ennuyante, souffle-t-elle.
            ― Je suis juste réaliste. Tu as terminé tes devoirs ?
            ― Et si tu l’attrapais ?
            ― Ne change pas de sujet. Tu sais très bien que je ne m’intéresse pas aux voleurs.
            ― Mais ce n’est pas un voleur comme les autres, c’est LE  voleur masqué. Et puis, j’aimerais tellement voir son visage ! Je suis sûre qu’il est magnifique.
            ― Cela ne m’intéresse pas. Va faire tes devoirs. 
            Je me replonge dans mon travail. Un journal atterrit sur mon bureau et Maya me lance avec un sourire malicieux :
            ― Il prévient chaque vol par un message qu’il laisse. Je ne sais pas ce que tu en penses mais ça ressemble étrangement à une énigme… 
            Sa porte se referme et je ne peux m’empêcher de lire l’article du journal concernant ce fameux voleur. Le mot qu’il a déposé après avoir ravi Gold Lily est celui-ci :
« Lors de la célébration battante de la pleine lune, à son sommet se déposeront des milliers de corbeaux et l’éclat de Gold Lily étincellera dans les mains du maître. K2 »   
            Apparemment la police pense qu’il faut placer mille dollars sur l’hôtel de la lune le jour de la pleine lune pour récupérer Gold Lily. C’est n’importe quoi ! Ce message est beaucoup plus subtil. Il est construit de manière à faire croire qu’il s’agit d’une rançon mais les corbeaux ne représentent rien d’autre que lui. Il est prêt à rendre la perle sans rien en échange à celui qui déchiffrera cette énigme, le « maître ». Et dire que pendant tout ce temps la police a bêtement suivi les messages au pied de la lettre. Tout cet argent gaspillé pour un truc si bête. Mais que peut bien signifier « la célébration battante de la pleine lune » ? Ce ne peut pas être le jour de la pleine lune, il y en a trop dans une année. Ce n’est pas assez précis.

 


Lundi 21 Juin, 01h24.
            Comme je l’avais prévu, ils pensent qu’il faut déposer de l’argent sur le toit de l’hôtel. J’aurais juste a allé le récupérer en laissant la perle. Si l'un d'entre eux au moins avait un cerveau, ils pourraient la reprendre sans payer. Mais je ne vais pas m’en plaindre, j’ai besoin de cet argent. Je dépose mes jumelles et observe le ciel étoilé. La nuit est si belle. Je suis comme seul au monde dans ce calme apaisant. Je souris, enivré par le parfum de la douce lune. J'aime cette sensation de liberté, de force et d'espoir que l'astre provoque en moi. Sa lumière brumeuse, son aspect mystique, m'ont toujours fasciné.
            Après un long moment de méditation je sors de ma poche une boite. Je l’ouvre avec précaution pour découvrir une perle dorée : Gold Lily. Elle brille dans la nuit. Il doit être dans les alentours de trois heures du matin et pourtant une lumière est encore allumée au 39 Lynde Street. Je prends mes jumelles. « Bureau du détective Johanson ». Un détective ? Je n’aime pas les détectives. Ils ne servent à rien. Ils agissent après coup. Ils nous racontent ce qu’il s’est passé une fois que c’est trop tard alors qu’il faudrait empêcher ces meurtres. Soudain la fenêtre s’ouvre et une femme apparait. Je règle mes jumelles. Je lui donne pas plus de vingt ans. Ses yeux se perdent dans la nuit noire et ses cheveux bruns volent légèrement au vent frai. Elle est très belle. Que fait-elle à une heure si tardive où Boston dort ? Et surtout, que fait-elle dans le bureau d’un détective ? Son père peut-être. Ce ne peut pas être elle. Trop jeune. Et puis quelle jeune fille voudrait devenir détective ? Ce serait absurde.



_________________


Dernière édition par Lila le Mer 5 Jan - 19:13 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 22 Déc - 14:30 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Die-to-live-finally
Auteur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2010
Messages: 16

MessagePosté le: Mer 22 Déc - 19:15 (2010)    Sujet du message: Mystery Répondre en citant

Bon je n'ai pas de langage "d'écrivain" mais je vais dire ce que je pense :

    J'aime beaucoup ton résumé et ton premier chapitre. Les histoires "policières" ne sont pas trop mon genre moi je suis plus "drame","romantique" et même "vampire" mais là ton histoire me passionne vraiment !

Voilà j'ai dis ce que je pensé Very Happy
J'ai une question : as-tu un blog où on peut lire la suite de tes textes ?
_________________
Qu'importe les critiques tant qu'elles me font avancer ...
Qu'importe les moyens du moment que je t'oublie ...
Qu'importe l'heure du moment que j'ai de l'inspiration ...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lila


Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2010
Messages: 26

MessagePosté le: Jeu 23 Déc - 13:35 (2010)    Sujet du message: Mystery Répondre en citant

Merci ! En vérité il y aussi un peu de romance et d'action. ^^
Je pensais poster au moins les 3 premiers chapitres ici mais sinon la suite est sur mon blog (mystery.skyrock.com). Wink
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Die-to-live-finally
Auteur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2010
Messages: 16

MessagePosté le: Jeu 23 Déc - 15:08 (2010)    Sujet du message: Mystery Répondre en citant

De rien Very Happy
Ok alors je vais tout de suite continuer de lire tes textes !
_________________
Qu'importe les critiques tant qu'elles me font avancer ...
Qu'importe les moyens du moment que je t'oublie ...
Qu'importe l'heure du moment que j'ai de l'inspiration ...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lila


Hors ligne

Inscrit le: 20 Déc 2010
Messages: 26

MessagePosté le: Mar 11 Jan - 21:55 (2011)    Sujet du message: #2 Répondre en citant

Chapitre II  


Mardi 22 Juin, 17h45.
            Je me suis couchée tard hier et je n’ai toujours pas trouvé ce que peut être cette pleine lune. Réprimant un bâillement, je pousse la porte du bureau et tombe nez à nez avec Maya vêtue d’une robe d’un rouge éclatant. Un sourire est accroché à ses lèvres. J’aime la voir ainsi.
            ― Alors, verdict ? me questionne-t-elle.
            ― Elle te va très bien. Tu es sublime.
            ― C’est vrai ?! Merci ! 
            Elle me saute au cou et je laisse échapper un rire.
            ― J’ai encore un problème, m’informe-t-elle. On doit porter l’insigne du club et je ne sais pas où la mettre. Peut-être en ceinture ou en bandeau… Qu’est-ce que tu en dis ?
            Je fixe le bout de tissus qu’elle tient dans les mains en souriant.
            ― Dis-moi, quand à lieu la fête de ton club de karaté ?
            ― Euh, jeudi. Pourquoi ?
            ― Je t’accompagnerais. 
            Elle observe sans comprendre son bandeau rouge décoré d’un rond blanc et d’une silhouette noire. Tout les clubs d’arts martiaux seront présents. Cette soirée est donc connue de tout le monde dans Boston. J’ai trouvé ma pleine lune battante.





 
Mercredi 23 Juin, 14h02.
            Je suis contente que ma sœur m’accompagne. Je vais lui montrer ce que je sais faire. Mais il y a ce Nathaniel. Il est difficile à battre. Il est très fort et quand il vous regarde dans les yeux c’est dur de ne pas tomber sous son charme d’après les filles du club. Pour ma part, je ne lui trouve rien de spécial à part peut-être de la froideur. Il semble être un solitaire.

            Demain a lieu la fête des arts martiaux, nous devons répéter notre représentation. Comme d’habitude j’arrive la première. Je me change puis le professeur me conseil de m’entraîner en attendant qu’il revienne à cause d’un appel urgent.

            Au bout d’une minute je sens un regard sur moi. Pourtant il n’y a personne. Je continue quand j’entends des pas dans mon dos. Je me retourne pour frapper un grand coup mais mon pied est bloqué par une main. Je manque de tomber mais réussi à garder l’équilibre, ma jambe droite toujours tenue en l’air par lui.
            ― Nathaniel ?
            ― Plus haut la jambe, me dit-il en la soulevant plus haut.
            ― Tu es là depuis longtemps ? 
            Il frappe légèrement mon genou gauche pour que ma jambe reste droite.
            ― Si je te le disais tu ne me croirais pas.
            ― Tu ne parles pas beaucoup, fis-je au bout d’un moment. 
            Il me fait signe de changer de jambe. Je continue :
            ― Pourquoi ?
            ― Je n’ai rien d’intéressant à dire.
            ― Tu mens. 
            Il se stoppe et me regarde dans les yeux. Son regard me glace.
            ― Pourquoi tu dis ça ? m’interroge-t-il.
            ― Tout est intéressant. Cela dépend de celui qui écoute, c’est tout. 
            Il pose délicatement sa main dans le bas de mon dos et me pousse doucement vers l’avant afin de faire monter ma jambe plus haut.
            ― Alors parle, je t’en pris, me fait-il. 
            Le silence s’empare de la pièce. Je déteste le silence.
            ― Merci, dis-je timidement.
            ― En quel honneur ?
            ― Eh bien disons que si je m’entraîne aussi dur, c’est pour essayer de te battre donc en quelques sortes, si je m’améliore, c’est grâce à toi. Alors merci.
            ― Ce n’est pas faux. Je devrais faire attention, tu pourrais finir par me battre.
            ― Et pourtant tu m’aides quand même. 
            Il me sourit. Je n’ai jamais autant parlé avec lui. Il ne parle à personne d’habitude. Il me propose un petit combat pour s’entraîner que j’accepte avec plaisir. Bien évidemment je ne tarde pas à finir étalée par terre.
            Je souffle.
            ― Ne t’inquiète pas, tente de me rassurer Nathaniel. Tu es très forte.
            ― Tu parles ! 
            Je me relève d’un bond, prête à combattre de nouveau.
            ― Mais c’est vrai. Dois-je te rappeler que tu as battu tout les autres, filles et garçons confondus ?
            Il me retourne et je me retrouve à genoux sur le sol.
            ― Ce qui me donne la place de seconde, derrière toi.
            ― Je suis sûre que tu peux me battre, me sourit-il.
            ― Alors pourquoi je n’y arrive pas ?
            ― Parce que je donne le meilleur de moi-même pour que ça n’arrive pas.
            Il me tend la main pour m’aider à me relever. Je souris. J’attrape alors sa main, le tire vers moi et, avec mon autre main, lui fais faire une roulade. Il atterrit sur le sol de tout son long et je m’empresse de me placer au dessus de lui pour l’empêcher de bouger.
            ― Ça, c’est ce qu’on appelle un coup bas, tricheuse.
            ― Et elle t’a bien eu, lui lance le professeur en souriant. Un bon guerrier ne baisse jamais sa garde même devant le visage d’ange d’une jolie jeune fille ou de ses pleurnicheries. 
            J’adresse à Nathaniel un sourire malicieux avant de me relever.

            Les autres arrivent enfin. Les trois filles se ruent sur lui tandis que les garçons viennent me serrer dans leur bras, excepté Jim. Je l’interdis de m’approcher. Une longue histoire...
            ― Très bien, prononce le professeur. La dernière fois nous avions fait tourner les groupes fille/garçon ce qui m’a permis de faire les groupes définitifs pour demain mais avant de vous annoncer les groupes, j’aimerais voir avec qui vous pensez être le mieux.
            ― Je veux être avec Leila ! s’écrie Steeve.
            ― Toi, ne m’approche pas ! lui répond-elle en l’envoyant au sol.
            ― Vous formez un très bon duo tout les deux. Je garde.
            ― Quoi ?! s’exclame Leila. Mais…
            ― C’est super !
            ― Roh, lâche-moi pot de colle !
            ― Ensuite ? demande le prof. Nathaniel ? 
            Une explosion de « Moi ! » « Non, moi ! » se fait entendre de la part des deux filles restantes. C’est assez marrant à voir. Laquelle va-t-il choisir ?
            ― Maya. 
            Je crois que j’ai mal entendu. Il n’a pas dit mon prénom, si ? Tous les regards sont tournés vers moi.
            ― Je choisi Maya. 
            Jim n'a pas l'air content et les filles me lancent des regards meurtriers. Elles s’avancent vers de moi.
            ― Maya, on est tes amies !
            ― Tu ne peux pas nous faire ça ?!
            ― Je…
            ― Maya ? m’appelle Nathaniel. 
            Je m’avance d’un pas incertain.
            ― Je… Je refuse.
            ― Non, je suis tout à fait d’accord avec le choix de Nathaniel, informe le professeur. Vous formez un très bon duo de combat. 
            Les filles me traitent de tous les noms avant de s’éloigner vers le partenaire qu’il leur a été attribué alors que Jim me fixe avec envie. Oh, qu’il regarde ailleurs ! Nathaniel me rejoint.
            ― Je n’appelle pas ça de vrais amies.
            ― Alors je n’ai pas de vraies amies.
            ― Je veux bien être ton ami, me sourit-il. 
            Je lui adresse le plus beau de mes sourires.

            L'entraînement débute et avec lui, un nouveau silence. Je décide de le briser.
            ― Pourquoi ? lui demandais-je en évitant un coup.
            ― Comment ça ?
            ― Pourquoi tu m’as choisie moi ? 
            Il me regarde étonné et j’en profite pour tenter de le toucher au ventre.
            ― Tu rigoles ? fait-il en évitant mon coup. Les autres tombent comme des mouches sans que je fasse quoi que ce soit à part les regarder. Je n’appelle pas ça un combat…
            ― C’est sûr, ris-je.
            ― Je ne sais pas ce qu’elles ont… Mais toi, tu n’es pas comme les autres. 
 




Jeudi 24 Juin, 21h26.
            C’est le fameux soir et Maya est toute excitée dans sa belle robe rouge. A peine suis-je sortie de la voiture que mon regard se pose sur le toit de l’immeuble. Un grand panneau lumineux y a été installé : une silhouette noire dans un rond blanc. L’emblème du club.
            Nous entrons. Les tatamis ont été soigneusement placés au centre de la salle et quelques personnes sont déjà installées sur leur chaise. Les autres semblent amassés à notre droite. Maya fronce les sourcils :
            ― Que font-ils tous là-bas ?
            ― L’appel de la nourriture gratuite.
            En effet, en nous approchant, un buffet apparaît entre l’amas des personnes toutes bien habillées pour l’occasion. Mes yeux parcourent rapidement la salle des yeux. Rien d’anormal. Je décide tout de même de prendre une précaution et place une mine de critérium dans l’ouverture de la porte qui mène au toit. Maya me présente son professeur, un homme célibataire de trente-cinq ans environ. Désespéré par l’amour mais qui aime les enfants. Il a sûrement décidé de faire ce métier pour se rapprocher d’eux à défaut de ne pas en avoir. Il n’hésite à complimenter les talents de Maya au grand plaisir de celle-ci.

            L’heure de la représentation sonne. Je me glisse discrètement dans le fond jusqu’à atteindre la porte. J’examine attentivement le sol et aperçois un morceau de la mine brisée. La porte a été ouverte. Alors le voleur était bien dans la salle, parmi les invités ?
            Sans attendre un instant de plus, j’ouvre la porte et me glisse de l’autre côté. Je ne voulais pas mettre de talons mais Maya a insisté et cela ne m’aurait servi à rien de la contrarier. Il est impératif qu’elle soit de bonne humeur si jamais elle découvre que je n’ai pas assister à sa représentation. Je retire mes talons et les laisse sur place avant de monter les escaliers. L’adrénaline monte en moi alors que j’approche de la porte donnant sur le toit un sourire victorieux sur les lèvres. Ce fameux voleur risque d’être surpris.

            Je pousse la porte le plus discrètement possible. L’insigne lumineuse se trouve juste en face de moi. C’est alors qu’il apparaît : Il se dépose dos à moi sur l’insigne avec grâce et délicatesse, tel un oiseau venu du ciel, sa cape noire fendant silencieusement l’air. Captivée par la splendeur de ce spectacle, j’en oublis la porte qui se referme derrière moi avec un léger mais non inaudible claquement.
            ― Aurais-je enfin de la visite ? se réjouit-il sans pour autant faire face.
            Sa voix est grossièrement aigüe et son ton joueur. Néanmoins, le tout reste calme et mélodieux. Il se tient là, face à la ville illuminée et le ciel étoilé, les mains fourrées dans ses poches. Son chapeau haut-de-forme se découpe dans la lumière de la lune.
            ― Où est la perle ?
            Il relève la tête à l’entente de ma voix, certainement surpris que ce soit celle d’une femme. Je souris de satisfaction. Oui, prétendument célèbre voleur, c’est une jeune femme de dix-neuf ans qui a déchiffré ton énigme. Qu’en dis-tu ?
            Son bras droit se soulève brusquement et un point lumineux se met à voler au dessus de sa tête. Un point doré. Le voleur fait un demi-tour sur lui-même avec agilité et la perle retombe dans sa main.
            ― Elle est là, très chère, prononce-t-il d’une voix soudain devenue grave et lente, pareille à un murmure moqueur.
            Je le détaille rapidement. Costume aussi noir qu’une nuit sans lune avec des touches de rouge et de blanc pour contraster. Utile pour jouer quelques tours d’illusion.  Une cape, un haut-de-forme décoré d’un ruban rouge et un masque s’arrêtant sur son nez révélant un sourire charmeur. Je ne lui donne pas plus de vingt-cinq ans, voir moins.
            Je m’approche lentement.
            ― Vous m’avez l’air bien jeune, me dit-il.
            ― Je pourrais vous faire la même remarque.
            Il saute et atterrit au sol toujours avec cette élégance, cette classe qui fait que les citoyens l’adorent.
            ― Et vous êtes ? demande-t-il.
            ― Je pourrais aussi vous poser la même question.
            Il a un léger rire avant de s’avancer calmement en ma direction. Je ne bouge pas.
            ― J’aimerais juste connaître, si vous me le permettez, le nom de celle qui est venue assisté à mon spectacle de ce soir.
            ― J’ai le regret de vous annoncer qu’il est annulé. Vos tours de passe-passe ne m’impressionnent pas.
            ― Vraiment ? s’étonne-t-il en prenant une mine triste.
            Pendant un instant, j’ai l’impression d’entendre la voix d’un enfant mais il n’y a personne d’autre sur le toit. Peut-être est-ce mon imagination. Il reprit cette fois d’une voix normale :
            ― Eh bien, la moindre des choses serait de me laisser une chance de vous convaincre.
            Il se trouve désormais tout prêt. Je me concentre sur la perle dans sa main droite. Il va me la donner, j’en suis certaine, car c’est un gentleman. Il tiendra sa promesse. Mais je ne vais pas me contenter de récupérer la perle. L’occasion est trop belle pour la laisser passer. Au moment où il m’offrira le bijou, il sera assez proche pour que je puisse l’attraper. Et dans le pire des cas je pourrais toujours le retrouver grâce à ses empreintes dessus.
            Il avance encore d’un pas.
            ― Vous bluffez, je lui lance. Vous n’aviez pas prévu une seconde que quelqu’un puisse résoudre votre énigme.
            ― Détrompez-vous charmante demoiselle. Les magiciens doivent faire preuve de créativité et d’imagination pour arriver à leurs fins. Prévoir n’est qu’un détail futile.
            Seulement quelques centimètres nous séparent. Je peux observer sa bouche pincée en un sourire malicieux et ses yeux qui brillent derrière son masque mais c’est tout ce que la luminosité du moment me permet de voir.
            ― Vous êtes piégé…, je lui murmure, persuadée de gagner.
            ― Et vous êtes très belle, m’intime-t-il de cette voix de nouveau grave qui me fait frémir.
            Au même moment, il lance la perle dans les airs. Je suis le parcours du petit point doré dans l’obscurité de la nuit et l’attrape de justesse. Seulement, aucune trace du voleur autour de moi. Il n’a pourtant pas pu disparaître aussi vite. Je me surprend à scruter chaque recoin de toit d’un air méfiant jusqu’à ce qu’un papier tombe en voltigeant devant mes yeux. Je m’en empare et le lis.

« Sachez que je ne mens jamais et que je tiens toujours mes promesses. K2. » 


Je souris malgré moi. Je ne crois pas qu’il existe un homme plus frimeur que lui. Je n’ai peut-être pas réussi à le coincer mais j’ai récupéré Gold Lily avec, sans aucun doute, ses empreintes dessus. Rien de plus simple.




_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:41 (2018)    Sujet du message: Mystery

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    projet d'aide aux jeunes talents Index du Forum -> projet d'aide aux jeunes talents -> Partie auteur -> Vos oeuvres -> Thriller, polar Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom